Tanzlinde

Artiste
Meris Angioletti

Centre d'art
Crac Alsace / Centre Rhénan d'Art Contemporain

Date affichée
2019

Tanzlinde

Visuel
Meris Angioletti, Tanzlinde, 2019. Tapis de danse émetteur d’ondes de formes. Courtesy de l’artiste. Production CRAC Alsace. Photo A. Mole.
Meris Angioletti, Tanzlinde, 2019. Tapis de danse émetteur d’ondes de formes. Courtesy de l’artiste. Production CRAC Alsace. Photo A. Mole.
Body

Tapis de danse émetteur d’ondes de formes. Dimensions variables. 

A la fin du 17e siècle encore, les haut-fonctionnaires français estiment que les Alsaciens sont faciles à gouverner tant que l’on n’essaie pas de leur interdire de danser . Au Crac Alsace, Meris Angioletti tente de vérifier cette hypothèse en réalisant un tapis de danse issu de la métamorphose d’une recherche, engagée en 2012, autour du genre littéraire et iconographique de la danse macabre. D’un point de vue littéraire, la danse macabre s’inspire du Dit des trois vifs et des trois morts, une ballade, connue presque partout en Europe à la fin du 14e siècle, dans laquelle trois chevaliers rencontrent trois squelettes et amorcent un dialogue, à la fois philosophique et magique, sur l’inconnu. Ici, la recherche prend une tournure nouvelle en se penchant sur un événement historique abondamment commenté : une épidémie de danse qui se propagea à Strasbourg en 1518. A la mi-juillet, jour de la sainte marguerite, des dizaines de personnes se mirent en effet à danser dans les rues de la ville sans que rien ne sembla pouvoir les arrêter. Cette épidémie se propagea par mimétisme tout l’été. Les médecins consultés conclurent à une maladie naturelle due à une conjonction astrale et à la canicule du moment, qui se traduisait par un échauffement du sang. Face à l’ampleur du phénomène, les autorités préconisèrent de ne pas boire de vin, d’accompagner les malades de musique sans percussion ni fifre et de les conduire chez saint Guy au Hohlenstein, près de Saverne. La manie dansante fut endiguée fin septembre. Afin d’expérimenter les récits produits par cette fièvre, Meris Angioletti conçoit une piste de danse dont le motif géométrique traduit une lecture énergétique de l’espace du centre d’art, stimulant notamment la communication entre les corps en mouvement. Cet espace devrait générer 24h de danse collective en septembre.

Bloc infos +

Meris Angioletti est née à Bergamo (Italie). Elle vit et travaille à Paris (France).

Cette oeuvre produite en 2019 par le CRAC Alsace, Centre rhénan d’art contemporain, a été réalisée dans le cadre des expositions « Le jour des esprits est notre nuit » du 13 juin au 15 septembre 2019 et « Le couteau sans lame et dépourvu de manche » du 13 octobre 2019 au 12 janvier 2020.