La Photographie à l'épreuve de l'abstraction

Date affichée
Du 27 septembre 2020 au 21 février 2021

La Photographie à l'épreuve de l'abstraction

Centre Photographique d’Île-de-France

Visuel
Laure Tiberghien, Screen #8, 2019, © Adagp, Paris, 2020
Laure Tiberghien, Screen #8, 2019, © Adagp, Paris, 2020

Réalisée conjointement par le Frac Normandie Rouen, le Centre Photographique d'Île-de-France, et Micro Onde - Centre d'art de l'Onde, l'exposition La Photographie à l'épreuve de l'abstraction dresse un panorama des relations entre photographie et abstraction dans la création contemporaine. Elle est conçue simultanément dans chacun des trois lieux.

Cet enjeu majeur et actuel dans le domaine de la photographie n'avait jusqu'à présent bénéficié d'aucune exposition d'importance en France. Liée à l'évolution du statut de l'image comme à l'essor des nouvelles technologies depuis les années 1980, une véritable tendance à l’abstraction parcourt aujourd’hui une pluralité de démarches, présentées au sein des trois expositions complémentaires.

Au CPIF, des approches résolument formalistes sont proposées. 

L’accrochage prend notamment comme matrice le spectre lumineux, qui a animé les chantres de l’Abstraction picturale au début du XXe siècle, confrontant tout autant les techniques issues de l’ère numérique que les manipulations argentiques des plus anciennes.
Des piezographies de David Coste aux gommes bichromatées de Mustapha Azeroual, des photogrammes de James Welling aux expérimentations chromogéniques de Philippe Durant et Laure Tiberghien en passant par  les cyanotypes de Megahnn Riepenhoff jusqu’aux impressions sur latex d’images internet d’Anouk Kruithof, les artistes rivalisent d’inventivité protocolaire pour développer un nouveau vocabulaire. 

Ainsi surfaces, volumes, espaces et couleurs captés deviennent les sujets, souvent ambigus, de compositions aux rendus abstraits, bien que certaines photographies restent descriptives avec Jesús Alberto Benítez ou renvoient au documentaire chez Karim Kal et Broomberg & Chanarin. D’autres restituent le seul jeu de la lumière, de la chimie et de la matière du support, allant jusqu’à prendre des formes sculpturales ou installatives comme chez  Anne Camille Allueva et Sébastien Reuzé

Si dès l’origine de la photographie, le motif non figuratif, l’objet méconnaissable, les espaces dépourvus de tout repère sont présents dans la production d’image, les propositions artistiques actuelles manifestent un regain d’intérêt pour ces esthétiques abstraites, mais ambivalentes, ouvrant des perspectives susceptibles de renouveler le genre. 

À travers tout un vocabulaire de formes, mis ici en valeur par une présentation reprenant le cercle chromatique, les artistes développent une réflexion autant sur la notion de réel que sur les mécanismes de production d’image, sur son éventuelle redéfinition, voire sur sa potentielle « sortie ». 

Vernissage public samedi 26 septembre 2020

À l’occasion des vernissages des expositions, le CPIF et Micro Onde - Centre d'art de l'Onde mettent en place une navette gratuite sur réservation.
Départ à 14h de la Place de la Bastille, arrivée au CPIF à 15h, puis départ pour Micro Onde - Centre d'art de l'Onde à 17h. Retour estimé à Paris vers 20h30.

Centre photographique d'Ile de France
107, avenue de la République
Cour de la ferme briarde 77340 Pontault-Combault

> Consulter le site
> Facebook
> Instagram


Les Oeuvres produites par les centres d'art

Arin Rungjang
2015
Jeu de Paume
Jorge Pedro Nuñez
2015
Passerelle Centre d'art contemporain
Mélanie Matranga
2018
Bétonsalon - Centre d'art et de recherche
Eléonore False
2019
Le Grand Café - Centre d'art contemporain
Melissa Dubbin, Aaron Davidson
2015
Bétonsalon - Centre d'art et de recherche
Irene Kopelman
2017
Crac Alsace / Centre Rhénan d'Art Contemporain
Maria Tsagkari
2016
Centre d’art le LAIT / Laboratoire Artistique International du Tarn
Damien Cabanes
2016
Le Creux de l'enfer, Centre d'art contemporain d'intérêt national
Edouard Le Boulc'h
2018
Passerelle Centre d'art contemporain

Lire aussi 1

Lire aussi