Jagna Ciuchta : Le pli du ventre cosmique

Date affichée
Du 17 septembre au 27 novembre 2021

Jagna Ciuchta : Le pli du ventre cosmique

Bétonsalon - Centre d'art et de recherche

Visuel
Le pli du ventre cosmique Jagna Ciuchta avec Aïcha & Sheila Atala, Miriam Cahn, Patty Chang, Arnaud Cousin, Chloé Dugit-Gros, Allal El Karmoudi, Fadma El Karmoudi, Karima El Karmoudi, Nan Goldin, Nancy Holt, Marta Huba, Suzanne Husky, Graciela Iturbide, Janka Patocka, Samir Ramdani, Martha Salimbeni, Alina Szapocznikow, Dorothea Tanning, Eden Tinto Collins, T. Venkanna du 17.09 au 27.11.2021 Commissariat : Émilie RenardVernissage : jeudi 16 septembre de 16h à 22h Petit déjeuner presse : jeudi 16 septembre d
Le pli du ventre cosmique Jagna Ciuchta avec Aïcha & Sheila Atala, Miriam Cahn, Patty Chang, Arnaud Cousin, Chloé Dugit-Gros, Allal El Karmoudi, Fadma El Karmoudi, Karima El Karmoudi, Nan Goldin, Nancy Holt, Marta Huba, Suzanne Husky, Graciela Iturbide, Janka Patocka, Samir Ramdani, Martha Salimbeni, Alina Szapocznikow, Dorothea Tanning, Eden Tinto Collins, T. Venkanna du 17.09 au 27.11.2021 Commissariat : Émilie RenardVernissage : jeudi 16 septembre de 16h à 22h Petit déjeuner presse : jeudi 16 septembre de 10h à 12h COMMUNIQUÉ DE PRESSE Janka Patocka, Sans titre, 2021, papier découpé, in Jagna Ciuchta et Janka Patocka, Le pli du ventre cosmique (introduction), 2021, Plexiglas noir, papiers découpés, photographies jet d’encre, peinture acrylique, photocopies, papier miroir, bandes adhésives, peinture acrylique, 160 x 400 x 50 cm. © Adagp, Paris, 2021. Photo : Jagna Ciuchta

Jagna Ciuchta avec Aïcha et Sheila Atala, Miriam Cahn, Patty Chang, Arnaud Cousin, Chloé Dugit-Gros, Allal El Karmoudi, Fadma El Karmoudi, Karima El Karmoudi, Nan Goldin, Nancy Holt, Marta Huba, Suzanne Husky, Graciela Iturbide, Janka Patocka, Samir Ramdani, Martha Salimbeni, Alina Szapocznikow, Dorothea Tanning, Eden Tinto Collins, T. Venkanna

Commissaire : Émilie Renard 

« J’ai choisi, comme sou­vent pour mes titres, un regis­tre sem­bla­ble à la série B, un peu exces­sif, pas cher et acces­si­ble à tou.te.s. Ce que j’aime dans les films de série B, c’est qu’on ne s’y prend pas trop au sé­rieux, on y est plus dans le plai­sir dé­com­plexé que dans l’ambi­tion, tout en trai­tant des sujets poli­ti­ques. Les idées que ce titre évo­que ne sont pas non plus (en tout cas pas toutes) nou­vel­les pour mes expo­si­tions. Elles retrou­vent leurs échos dans toutes les œuvres invi­tées. Le ventre c’est un centre d’éner­gie et un car­re­four des dé­sirs, de la sexua­li­té, de la res­pi­ra­tion, de la diges­tion, de tous les plai­sirs, de la mater­ni­té, des sen­ti­ments, et des mil­liards de bac­té­ries. C’est une grotte avec son éco­sys­tème et son his­toire de l’art, un conte­nant vivant, un cosmos en soi, un lieu des trans­for­ma­tions. J’aime l’idée que l’expo­si­tion est un ventre. Il a des plis, endroits des che­vau­che­ments d’iden­ti­tés, des conti­guï­tés impro­ba­bles, des secrets, des pas­sa­ges vers d’autres dimen­sions. Le cos­mi­que appuie notre lien avec la Terre et avec tout ce qui nous dé­passe. Mais aussi, fait bas­cu­ler ce titre (et l’expo­si­tion) dans une fic­tion fan­tas­ti­que qui, je l’espère, nous fait sou­rire. »
Propos recueillis par Cécile Archambeaud pour le pre­mier volet de l’expo­si­tion au centre d’art image/imatge à Orthez.

Depuis 2011, le tra­vail de Jagna Ciuchta s’ampli­fie et se com­plexi­fie par l’invi­ta­tion à d’autres artis­tes au cœur de sa propre pra­ti­que. Sous la forme d’expo­si­tions col­lec­ti­ves, sa pra­ti­que évolutive est un vec­teur de rela­tions affec­ti­ves et esthé­ti­ques indis­so­cia­ble de sa dimen­sion économique, de son rap­port à l’ins­ti­tu­tion et à son milieu. Animée par un souci d’auto­no­mie pra­ti­que, sym­bo­li­que, esthé­ti­que vis-à-vis du cadre ins­ti­tu­tion­nel, Jagna Ciuchta défi­nit ses pro­pres outils de mons­tra­tion et de docu­men­ta­tion. Ses œuvres met­tent en scène la confu­sion des regis­tres réels ou fan­tas­més, des espa­ces inté­rieur et exté­rieur, de soi et des autres dans une forme d’hos­pi­ta­lité radi­cale. À tra­vers le motif de l’incor­po­ra­tion d’œuvres immer­gées dans ses scé­no­gra­phies ou ses pho­to­gra­phies, Jagna Ciuchta dis­pa­raît der­rière la figure du com­mis­saire – elle parle de « naive cura­ting » – en jouant avec les marges de l’ins­ti­tu­tion qui l’accueille. Son hos­pi­ta­lité, char­gée d’un cer­tain érotisme au sens d’un désir de contact, d’enve­lop­pe­ment voire d’absorp­tion, conduit à une forme d’effa­ce­ment de soi, de glis­se­ment continu, d’ins­ta­bi­lité des formes. Jagna Ciuchta fait évoluer ses dis­po­si­tifs, réor­ga­ni­sant conti­nuel­le­ment l’accro­chage des œuvres, trans­for­mant sa scé­no­gra­phie qui bat de son propre rythme, de son ouver­ture à sa fer­me­ture. D’un autre point de vue, comme en témoi­gne la forte pré­sence plas­ti­que de sa scé­no­gra­phie, les artis­tes invité.es sont tout autant contenu.es en elle, assi­milé.es, voire digéré.es par sa com­po­si­tion. S’exprime alors la toute-puis­sance de l’artiste, ses choix arbi­trai­res, affec­tifs, sa capa­cité à créer d’autres sys­tè­mes de valeurs, d’agir autre­ment que ne le ferait un.e cura­teur.rice, en pleine cons­cience des ris­ques de can­ni­ba­li­sa­tion réci­pro­que inhé­rents à l’accueil ou au désir de l’autre. L’œuvre de Jagna Ciuchta se tient dans la ten­sion entre ces deux pola­ri­tés.

Cette expo­­si­­tion est copro­­duite avec le centre d’art image/imatge, Orthez, où s’est déployé un pre­­mier cha­­pi­­tre du 11 juin au 28 août 2021.
Elle béné­fi­cie du sou­tien de la Collection Antoine de Galbert pour le prêt des œuvres de Miriam Cahn, Patty Chang, Graciela Iturbide, Dorothea Tanning et T. Venkanna, du Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur pour le prêt de l’œuvre de Nan Goldin, de la gale­­rie Loevenbruck et Piotr Stanislawski pour le prêt de l’œuvre d’Alina Szapocznikow, de Electronic Arts Intermix et du 49 Nord 6 Est - Frac Lorraine pour l’œuvre de Nancy Holt de la bou­ti­que oeufs-de-yoni.com pour l’œuvre de Marta Huba.

Vernissage : jeudi 16 sep­tem­bre, de 18h à 22h

Bétonsalon - Centre d'art et de recherche
9 esplanade Pierre Vidal-Naquet
75013 Paris

> Consulter le site
> Facebook
> Twitter
> Instagram


Les Expositions du moment

Centre d'art contemporain - la synagogue de Delme
Du 30 juin au 02 octobre 2022
Le Grand Café - Centre d'art contemporain
Du 07 juillet au 02 octobre 2022
Parc Saint Léger - Centre d'art contemporain
Du 16 avril au 02 octobre 2022
Le Parvis - Centre d'art contemporain
Du 16 juin au 08 octobre 2022
Abbaye Saint-André - Centre d'art contemporain
Du 10 juillet au 09 octobre 2022
Triangle - Astérides, centre d'art contemporain
Du 24 juin au 16 octobre 2022
Espace de l’Art Concret - Centre d'art contemporain
Du 10 juillet au 16 octobre 2022
Espace de l’Art Concret - Centre d'art contemporain
Du 10 juillet au 16 octobre 2022
Centre d'art La Chapelle Jeanne d'Arc
Du 25 juin au 23 octobre 2022

Les Oeuvres produites par les centres d'art

Philippe Quesne
2016
Le Parvis - Centre d'art contemporain
Véronique Arnold
2020
La Kunsthalle - Centre d'art contemporain
Christophe Scarpa
2019
Villa du Parc - Centre d'art contemporain
Mélanie Matranga
2018
Villa Vassilieff
Sébastien Rémy
2019
CAC Brétigny, centre d'art contemporain d'intérêt national
Jean-Charles de Quillacq
2018
La Galerie, centre d'art contemporain
Megan Rooney
2018
Palais de Tokyo
Damien Cabanes
2016
Le Creux de l'enfer, Centre d'art contemporain d'intérêt national
Damien Cabanes
2016
Le Creux de l'enfer, Centre d'art contemporain d'intérêt national
Thierry Liégeois
2017
Le 19 CRAC - Centre régional d'art contemporain

Lire aussi 1

Lire aussi