TAINTED LOVE / CLUB EDIT

Date affichée
du 8 février au 26 mai 2019

TAINTED LOVE / CLUB EDIT

Centre National d'Art Contemporain de la Villa Arson

Visuel
Pierre René-Worms, Soft Cell, 1981. Photographie Courtesy de l’artiste
Pierre René-Worms, Soft Cell, 1981. Photographie Courtesy de l’artiste

Après l’exposition Tainted Love (Where did our love go) organisée en 2017 à Poitiers pour la réouverture du Confort Moderne, la Villa Arson propose une version « Club Edit » avec la complicité de Yann Chevallier et d’une trentaine d’artistes venant de tous horizons.

Je ne me souviens pas de la première fois où j’ai entendu ce tube de Soft Cell, le disque tournait dans les discothèques de province où je trainais adolescent, nous dansions sans conviction, plus concentrés sur les parcelles de peau offertes à nos regards et les flirts potentiels que sur la musique. A cette époque je ne savais pas encore qu’il s’agissait de paroles de rupture. Je ne savais pas encore ce qu’est une rupture.

Deep inside
Glasgow, milieu des 9O’s, le Sub Club baigne dans une ambiance enfumée au son d’une House entêtante et sexy, les corps ondulent et forment une masse à la fois compacte et ruisselante. A l’aube, il me semble reconnaître un clavier lointain, étouffé par les basses profondes et continues qui cadencent le set depuis des heures. Les basses s’estompent jusqu’à disparaître, Tainted Love raisonne dans ce temple de l’underground. Le morceau est étiré sur plus de vingt minutes, le dance floor chavire, les sourires sont immenses, les pupilles dilatées, peau contre peau, des baisers à pleine bouche, des traces de toi.

Non stop erotic cabaret
Je retrouve Tainted love sur l’album « Non stop erotic cabaret ». C’est un album pop, sombre et subversif. La bande son idéale d’un peep-show sordide et sentimental où désirs, fantasmes et tabou dansent derrière un miroir sans teint, de la gloire à l’obscurité. Le cabaret d’une mise à mort grandiloquente du biographique pour entrer dans la fiction de soi dont Tainted Love est le refrain cathartique.
Côté clip, Mark Almond et Dave Ball en toge sur le Mont Olympe, Marilyn Manson vampirisant une fête de lycée avec ses potes gothiques, un jeune homme en jean et t-shirt blanc qui danse seul dans sa chambre la nuit, un chanteur en incrustation dans les étoiles au dessus de son lit : certaines chansons semblent résister à l’image. L’exposition aussi résiste à l’image, le titre ne donne pas d’indices. Des amours teintés de rose pale, de noir profond et de rouge sang.

Where did our love go ?
Cette exposition ne parle pas, l’image est fixe, le son coupé. Des vêtements élégants, des corps fragmentés, des silhouettes suggérées qui dansent sur ce hit aux paroles de coeurs noirs multiplient les effets de suspension et simulent un mysticisme sentimental. Les œuvres posent, les vies se croisent, le sensible s’expose. L’intime, le secret, les alcôves, les chambres et autres lieux de rencontre deviennent l’espace même d’une exhibition, d’un explicite. Les bons sentiments et la morale permettent souvent l’accession au pouvoir des cyniques. Endosser des identités hybrides, réversibles et mouvantes, faites de jeux, de masques, de travestissement, permet de garder entière sa liberté d’embrasser un réel scandaleux.

Villa Arson

20 av. Stephen Liégeard
06105 Nice

> Consulter le site


Les Oeuvres produites par les centres d'art

Alex Cecchetti
2017
Centre d'art contemporain de la Ferme du Buisson
Emily Mast
2015
Centre d'art contemporain de la Ferme du Buisson
Corentin Canesson
2016
Centre d'art contemporain d'Ivry - Le Crédac
Pia Rondé & Fabien Saleil
2018
Palais de Tokyo
Amandine Ducrot
2017
Centre National d'Art Contemporain de la Villa Arson
François Curlet
2017
Centre Régional d'Art Contemporain Occitanie / Pyrénées-Méditerranée
Armand Jalut
2017
Centre d'art contemporain La Halle des bouchers
Stéphane Castet
2017
Centre d'art et de photographie de Lectoure
Marie-Ange Guilleminot
2015
Centre d'art La Chapelle Jeanne d'Arc
Bijari
2019
CRP/ Centre régional de la photographie Hauts-de-France

Lire aussi 1

Lire aussi