Flora Moscovici & Linda Sanchez - Dérobées

Date affichée
du 8 février au 26 mai 2019

Flora Moscovici & Linda Sanchez - Dérobées

Centre National d'Art Contemporain de la Villa Arson

Visuel
Flora Moscovici, Coma Coloris Vif. Pigments et liant acrylique sur murs. Exposition personnelle, Maison Salvan, 2018. Photo Yohann Gozard.
Flora Moscovici, Coma Coloris Vif. Pigments et liant acrylique sur murs. Exposition personnelle, Maison Salvan, 2018. Photo Yohann Gozard.

Un projet issu d’une résidence de Flora Moscovici et Linda Sanchez qui se rencontrent pour l’occasion et imaginent de croiser leur pratique – de la lumière, de la couleur et des matériaux – dans une appréhension commune de leur environnement à la Villa Arson, pour une installation produite in situ dans la galerie carrée du centre d’art.

Réunir deux artistes qui ne se connaissent pas et qui n’ont pas forcément les mêmes pratiques pour une exposition dans un même espace est toujours un défi. Le pari est d’autant plus délicat quand l’espace est autoritaire. En l’occurrence, il s’agit ici de la galerie carrée du centre d’art de la Villa Arson, grande salle de 17m sur 17 m avec un sol en marbre et un plafond parfaitement quadrillé par seize alcôves de mêmes dimensions.

Le site de la Villa Arson a constitué le premier point d’ancrage des échanges de Flora Moscovici et Linda Sanchez autour des ambivalences qui se dégagent des lieux : celles de l’architecture, entre labyrinthe, navire et forteresse ; celles des relations entre le bâti et le végétal, entre le pointillisme minéral des murs de galets et celui des espèces méditerranéennes qui leur servent d’écrin, entre les lignes orthonormées des bâtiments et le foisonnement des formes présentes dans le jardin.

L’observation de ce qui existe déjà, de ce que « soumet » le lieu, les formes, couleurs et textures, a progressivement réunit les deux artistes sur l’idée de capter, transférer, reproduire et interpréter des types d’imprégnations, les effets du temps sur les textures.
Leurs approches se sont également combinées sur un style commun qui de prime abord peut sembler brouillon, accidenté parfois, où le geste n’est pas forcément visible ; où le rapport aux matériaux est libre, fait de volatilité et de liquidités, l’emploi de techniques de différentes natures sans hiérarchie et de manière composite. Surtout, les deux artistes ont pour point commun de travailler avec des matériaux bruts, de produire sur place.

Très rapidement Flora Moscovici et Linda Sanchez ont prêté attention à la lumière naturelle dans la galerie carrée, avec l’idée de laisser opérer les variations des heures et des contrastes. Puis, elles se sont intéressées à tout ce qui était initialement présent dans l’architecture : le plafond, le sol – les murs étant recouverts de cimaises – envisageant ainsi la possibilité de garder les principaux supports totalement vierges. Il s’agissait de dénuder l’espace, de retirer ses parties superflues, ses artifices, afin de mieux s’unir dans un travail sur la matière, le relief, les perspectives, les ombres, la couleur comme source lumineuse.

Les deux œuvres seront donc en suspension, évitant toute surenchère de production, se dérobant ainsi à l’effet monumental du lieu.
A l’autorité de l’invitation et de l’espace de la galerie carrée, les artistes répondent par la légèreté.

Villa Arson

20 av. Stephen Liégeard
06105 Nice

> Consulter le site


Les Oeuvres produites par les centres d'art

Marie Quéau
2016
Centre Photographique d’Île-de-France
Liv Schulman
2017
Triangle France
Virginie Yassef
2013
Centre d'art contemporain de la Ferme du Buisson
Bureau d'études, Ewen Chardronnet
2016
Jeu de Paume
David de Beyter
2016
Centre Photographique d’Île-de-France
Uriel Orlow
2017
Parc Saint Léger - Centre d'art contemporain
Laëtitia Badaut-Haussmann
2016
La Galerie, centre d'art contemporain
Marc Lathuillière
2017
Le Creux de l'enfer - Centre d'art contemporain
Nicolas Boulard
2017
Centre d'art contemporain La Halle des bouchers
Estefanía Peñafiel Loaiza
2014
Centre d'art contemporain d'Ivry - Le Crédac

Lire aussi 1

Lire aussi