Deux sens du décoratif

Date affichée
du 2 juin au 18 août 2018

Deux sens du décoratif

Passerelle Centre d'art contemporain

Visuel
Thomas Jeppe, Black Warhead, 2018
Thomas Jeppe, Black Warhead, 2018

Le mot décoratif a deux significations soit, plus généralement, l’embellissement ou plus précisément l’ornemental.

Bien que nous puissions considérer la majeure partie de l’histoire de l’art comme décorative, parler aujourd’hui de décoratif en art est souvent considéré comme un jugement péjoratif lié d’une certaine manière à un attrait bon marché, sans complexité, sans goût, ni contenu.

Néanmoins, l’objectif de cette exposition n’est pas de réintroduire le décoratif dans les beaux-arts. Cela c’est déjà passé plusieurs fois au cours de différentes modes et n’a servi qu’à confirmer la logique mentionnée précédemment, un cercle sans fin dans lequel le fait de refuser est une conséquence égale au fait d’accepter. L’objectif est plutôt de ramener les beaux-arts au point du décoratif contre lequel il a prétendu se positionner. Cependant, comme un produit seulement permis par l’existence de différents intérêts, il n’a jamais disparu.
Le décoratif, dans ses deux sens, est donc utilisé ici comme la métaphore d’une attaque sur l’autonomie proclamée de l’œuvre, autonomie complètement construite idéologiquement.

Le décoratif dans sa propre définition, ne s’embellit pas lui-même mais embellit autre chose. Au lieu de se séparer de lui-même, il est capable de performer ses différents contextes et fonctions. Il ne cache pas ses différents statuts utilitaires qui lui permettent d’exister. Il ne vise pas une espèce de vérité indépendante, mais comme au théâtre, il crée un mensonge avoué, ou plutôt une illusion supposée, à ne pas prendre pour une interprétation libre relativiste.

L’ornement fonctionne par conséquent en rassemblant différents éléments dans un ensemble plus grand. La structure ornementale n’est pas un support supposé invisible pour la partie et le tout qui la composent. Elle crée un équilibre esthétique qui nous permet de basculer entre la pièce et le tout. L’ornement est capable d’abstraction au sein de la figuration mais toujours dans une perspective signifiante globale. Ainsi, il transcende le débat de la quête de pureté et/ou de totalité. De cette façon, il réunit le contenu et la forme, si souvent divisés par différentes combinaisons hiérarchiques.

Bien que certains des artistes participants traitent de quelque chose qui peut être considéré comme décoratif ou ornemental, ce qui relie profondément les œuvres et les artistes dans cette exposition est l’effort de mettre à mal les codes et normes établis dans une quête de liberté mais qui se révèle in fine sous forme d’oppression.

Centre d'art contemporain Passerelle

41, rue Charles Berthelot
29200 Brest

> Consulter le site


Les Oeuvres produites par les centres d'art

Sophie Nys
2015
Crac Alsace / Centre Rhénan d'Art Contemporain
Mathieu Pernot
2016
Centre d'art et de photographie de Lectoure
Julien Gardair
2015
Centre d'art La Chapelle Jeanne d'Arc
Amalia Pica
2014
La Criée - Centre d'art contemporain
Arin Rungjang
2015
Jeu de Paume
Muriel Rodolosse
2014
Maison des Arts Georges & Claude Pompidou
Muriel Rodolosse
2014
Maison des Arts Georges & Claude Pompidou
Guillaume Leingre
2014
Centre Régional d'Art Contemporain Occitanie / Pyrénées-Méditerranée
Olivier Nottelet
2015
BBB centre d'art

Lire aussi 1

Lire aussi